J'ai commencé le mois dans une relation très conflictuelle avec ma PS3. Car ces derniers temps, j'avais un peu trop accumulé les déceptions vidéoludiques. Que ce soit le non-jeu qu'est L.A Noire, la connerie pas assez drôle qu'est Modern Warfare 2, le complètement répétitif Assassin's Creed, ou encore Operation Flashpoint: Dragon Rising que j'ai abandonné dès le tuto.  Donc là, il me fallait un bon jeu.
Et je suis tombé sur des reviews de Saints Row: The Third. Il y avait un gode violet gigantesque, ça avait l'air magique. Mais je n'achète pas des jeux qui viennent de sortir. Principalement parce que je n'ai pas les moyens. Et, en plus, j'aime bien commencer une franchise par le premier volume. Sauf que le premiers Saints Row, il était sorti sur X-Box, et que je n'ai pas la console. Alors, je me suis reporté sur sa séquelle: Saints Row 2. Et c'était un achat qui en valait la peine.


BG0_500
Difficile de faire une jaquette plus moche, et moins à propos.


Saints Row 2, c'est GTA, mais en plus bête et méchant. C'est du Miike Takashi adapté en jeu vidéo. C'est une ligne de coke livrée avec les croissants du matin.
Donc, comme je le disais, un GTA-like, ce qui implique open-world et jeu bac à sable, avec toutes ses qualités et ses défauts habituels. Un gameplay assez horrible (un autre hommage à Rockstar, probablement). Et en bonus, des graphismes assez dégueus. Mais si vous jouez à SR2, c'est pour son ambiance de sale gamins (une mission vous fait asperger la ville de caca quand même), ses persos absolument tarés, et certaines scènes évoquant un Michael Bay en pleine forme, c'est-à-dire à base de connerie, d'explosions, et d'épique.
Il parait que le 3 est dix fois plus barré, je suis impatient de mettre les mains dessus.


Ensuite, j'ai enchaîné sur Uncharted 3. Qu'on m'a prêté car, remember; je suis pauvre. Alors déjà, le fait qu'on me l'ait prêté m'empêche de tester le multi (sauf si je veux débourser 10 euros). Merci la nouvelle mode des pass VIP. Comme l'écrivait Shakespeare: La première chose à faire, c'est de tuer tous les avocats, et ensuite on s'occupera des éditeurs de jeux vidéo.
Bref. Uncharted 3. Le solo, donc. Bah c'était très sympa. Dans le genre franchise/blockbuster, Uncharted reste clairement ce qui se fait de mieux. On s'éclate, c'est super joli, on traverse le monde à la recherche de trésors qu'on ne ramène jamais à la maison. Si les films d'aventure d'aujourd'hui étaient aussi cool qu'Uncharted, j'achèterais plus de dvd (et serais donc encore plus pauvre, peut-être pas une bonne idée en fin de compte).
Maintenant, il faut quand même être clair sur un point. Les développeurs du jeu ont été très flemmards. Et cet opus n'égale pas le deuxième. D'ailleurs il n'essaye pas assez d'aller plus loin que son prédécesseur; les graphismes n'ont pas vraiment évolués, les phases de tir non plus (mais elles se passent moins dans des couloirs, c'est bien), la mise en scène manque parfois de spectaculaire, et le scénario est un peu bâclé. Il y aussi toujours le défaut habituel de la franchise, à savoir que le gameplay est beaucoup trop assisté. C'est même pire que dans le 2, les phases d'escalade pourraient être des cinématiques que ça ne changerait rien ou presque.


-27674-photo-crop-p4da25a6d786a01b94de3701c1b1e03a8-uncharted-3-drake-s-deception
L'avion que tu cherches est derrière toi. Juste derrière toi !!!!


Ah aussi, étant arachnophobe, le jeu (et Gclems, qui me l'a prêté) m'a réservé de sympathiques surprises. THEY. ARE. EVERYWHERE.


Je crois bien que je n'ai regardé qu'un seul film ce mois-ci.Un petit survival dont le titre est Frozen. Le pitch, c'est trois jeunes gens coincés sur un téléski, dans la nuit et le froid, et sans personne pour venir les secourir. Ah, y a des loups en bas aussi. Rien de bien extraordinaire, mais j'ai aimé quand même. Déjà parce que la présentation des personnages avant que la partie "survival" comment vraiment est très efficace. Grâce à des dialogues intelligents, et des interactions qui sentent le vécu. Et c'est à mon avis l'une des principales bases de tout bon survival, car ça permet de réellement ressentir de l'empathie pour les personnages quand les ennuis commencent. Le côté huis-clos de la situation est lui aussi bien exploité, rien à redire là-dessus. Un film qui ne restera pas longtemps dans les mémoires (la mienne y compris, probablement), mais qui mérite d'être maté, à condition d'accrocher au genre.


Enfin, j'ai fini de mater la première saison d'une série que j'avais laissé en suspens. The Fades, une série anglaise avec des fantômes, des pseudos-anges, et des élus. Les deux premiers épisodes n'étaient pas mauvais, mais j'avais plein de trucs à mater à la rentrée et je n'avais donc pas continué.


epip7557_1139021365
Malgré la toujours magnifique Lily Loveless.


Alors, après avoir regardé l'intégralité de la première saison (seulement 6 épisodes), je peux dire que ça vaut quand même le coup. La série arrive à surprendre par l'évolution de son intrigue, les jeunes acteurs/trices sont tous très bons (deux anciens de Skins dans le cast, dont Joe Dempsie, méga classe en némésis), les effets spéciaux ne font pas cheap. Si la plupart des éléments ont déjà été vus ailleurs, la façon dont la série les mixe est assez efficace. Et puis une série britannique, ça veut aussir dire une série qui n'est pas aseptisée comme la plupart des produits venant de l'autre côté de l'atlantique. Parlez moi de séries fantastiques américaine récentes, et vous me verrez sortir de la salle en pleurant, ou vous foutre mon poing dans la gueule.
Donc au final, pas de quoi sauter au plafond, mais ça fait quand même plaisir de voir une série fantastique aussi bien troussée vu comment le genre s'appauvrit de plus en plus (il va bientôt rejoindre la science-fiction dans sa tombe si ça continue).